Rubéole

Généralement bénigne chez l’enfant, la rubéole peut avoir des conséquences graves chez la femme enceinte. La maladie peut entraîner des malformations, voire la mort du fœtus.

La rubéole, c’est quoi ?

La rubéole est une infection caractérisée par une éruption cutanée généralisée. La rubéole est généralement bénigne, sauf chez la femme enceinte. La rubéole peut être responsable de graves malformations chez le futur bébé (lésions cérébrales, retard mental, atteintes oculaires ou atteintes auditives…), surtout si la maman contracte la maladie dans les premiers mois de la grossesse.

Vaccination contre la rubéole

La vaccination contre la rubéole est recommandée :

  • Aux bébés à 12 mois
  • Aux enfants de 11-12 ans
  • Aux adolescents dont le statut vaccinal est incomplet ou incertain
  • Aux adultes dont le statut vaccinal est incomplet ou incertain
  • Aux femmes ayant un désir de grossesse dont le statut vaccinal est incomplet ou incertain
  • A certaines catégories de professionnels

Les efforts de vaccination systématique, depuis les années 80, ont fait reculer le nombre de cas de rubéole et de rubéole congénitale. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) espérait l’élimination totale de la maladie en Europe en 2015. Mais, pour y arriver, il faut que chaque pays parvienne à une couverture vaccinale de 95%.

En Belgique, c’est le cas pour la 1ère dose du vaccin administrée aux bébés, mais pas pour la seconde dose qui doit être administrée à 11-12 ans. En Wallonie et à Bruxelles, en 2015, la couverture pour 2 doses n’était que de 75%. Depuis 2012, on constate une réémergence de cas de rubéole en Europe parmi des populations insuffisamment vaccinées.

De plus, la rubéole circule toujours à l’étranger. Le virus peut donc être amené sur le territoire belge par des populations migrantes, des touristes étrangers ou suite à un retour de voyage. Un cas importé de rubéole congénitale, où la mère avait été contaminée en dehors de la Belgique, a été déclaré chez nous en 2012. Aucun cas de rubéole congénitale n’a été enregistré depuis.

Le vaccin utilisé en Belgique est un vaccin trivalent. Outre la rubéole, il protège contre la rougeole et les oreillons. Ce vaccin est couramment appelé le « RRO ». Il est constitué de virus vivants atténués.

Comment est administré le vaccin ?

Le vaccin contre la rubéole est un vaccin injectable. Selon les marques, il est administré par voie intramusculaire ou par voie sous-cutanée.

Bébés et enfants

Le calendrier vaccinal prévoit d’administrer une dose :

  • à 12 mois
  • à 11-12 ans

Soit un total de 2 doses.

Souvent oubliée, la deuxième dose de vaccin contre la rubéole permet pourtant de renforcer et de compléter la protection contre la maladie. Les Services de Promotion de la Santé à l’Ecole, à l’occasion d’un bilan de santé, vérifient le statut vaccinal des enfants et proposent si nécessaire une vaccination de rattrapage. Celle-ci peut également être pratiquée par le médecin traitant de l’enfant.

Adolescents et adultes

On conseille également la vaccination aux jeunes adolescents et aux adultes non vaccinés, nés après 1970, dont le statut vaccinal est incertain ou incomplet, même s’ils déclarent avoir déjà fait la rubéole.

Deux doses, à au moins un mois d’intervalle, sont nécessaires pour assurer une protection durable.

La vaccination des adolescents et des adultes les protège individuellement, mais permet aussi d’éviter une contamination des bébés avec qui ils seraient en contact. En effet, ceux-ci sont plus à risque de développer une complication grave de la maladie.

Femmes ayant un désir de grossesse

Les femmes enceintes qui contractent la rubéole peuvent transmettre la maladie à l’enfant à naître. La maladie peut causer de lourdes malformations chez le bébé ou provoquer une fausse couche. Les femmes ayant un désir de grossesse doivent se faire vacciner. Cette vaccination demande de veiller à une contraception efficace pendant au moins un mois après la vaccination. En effet, il est recommandé de ne pas tomber enceinte dans les 4 semaines qui suivent l’administration du vaccin RRO.

Professionnels

La vaccination est vivement recommandée aux professionnels du secteur de la santé, et particulièrement ceux qui soignent les femmes enceintes, notamment dans les services de gynécologie et les maternités. Elle est aussi recommandée aux personnes travaillant dans des collectivités d’enfants : écoles, milieux d’accueil, garderies…

Vaccins disponibles

Vaccins disponibles dans le cadre du Programme de vaccination

Le Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles met gratuitement à disposition des doses de vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, pour les bébés et les enfants de 11-12 ans. Il en est de même pour le rattrapage de vaccination chez les enfants encore non vaccinés, jusqu’à 20 ans.

Pour connaître l’ensemble des contre-indications, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps).

Le vaccin RRO ne doit pas être administré aux femmes enceintes.

Des circonstances comme une fièvre légère (< 38,5°C), une toux, un nez qui coule, la prise d’antibiotiques… ne doivent pas conduire à reporter la vaccination.

Comme pour tout vaccin, si une réaction importante survient après l’administration d’une dose de RRO, il faut cesser la vaccination avec ce vaccin.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant, votre pédiatre ou votre pharmacien.

Pour connaître les effets indésirables, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps).

Effets indésirables courants communs à tous les vaccins injectables

Immédiatement après la vaccination avec le vaccin trivalent RRO, des réactions locales peuvent apparaître, comme une sensation de brûlure à l’endroit où la piqure a été réalisée.

Il arrive qu’après 5 à 12 jours, une inflammation des glandes parotides ou des symptômes d’une forme atténuée de rougeole ou de rubéole se déclarent : fièvre modérée, éruption fugitive et/ou douleurs passagères aux articulations. Ces symptômes durent généralement 2-3 jours. Les personnes concernées ne sont pas contagieuses.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.