Covid-19

Fin 2019, un nouveau virus, le SARS-CoV-2 appelé communément coronavirus ou Covid-19, est apparu dans la région de Wuhan en Chine. Le premier cas de Covid-19 a été recensé le 4 février 2020 en Belgique. Depuis, ce virus s’est propagé mondialement causant une pandémie, déclarée par l’Organisation mondiale de la Santé le 11 mars 2020. Fin novembre 2020, le virus avait contaminé plus de 60 millions de personnes et provoqué plus de 1.5 millions de décès.

La Covid-19, c’est quoi ?

La Covid-19 est une maladie infectieuse qui se manifeste différemment selon les personnes.

Vaccination contre la Covid-19

En Belgique, la vaccination contre la Covid-19 concerne les jeunes à partir de 5 ans et les adultes.

Grossesse et allaitement

Sur base des données scientifiques et des recommandations plus récentes, il est recommandé de vacciner de façon systématique les femmes enceintes contre la Covid-19 (avis du Conseil Supérieur de la Santé du 21 avril 2021). En effet, les femmes enceintes ont un risque plus important de développer une forme sévère de la Covid-19 et d’accoucher prématurément.

Si la femme enceinte présente des comorbidités, telles qu’un surpoids trop important avant la grossesse, hypertension, diabète…, la vaccination sera d’autant plus recommandée.

Pour les femmes enceintes qui travaillent dans le secteur de la santé et qui présentent un haut risque d’exposition, la vaccination est également fortement recommandée.

Pour les femmes ayant un désir de grossesse, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) n’émet pas d’objection à la vaccination systématisée.

Toutes les femmes allaitantes peuvent être vaccinées, d’autant plus s’il s’agit d’une personne travaillant dans le secteur des soins de santé ou appartenant aux groupes nécessitant une vaccination prioritaire.

Plus d’informations : recommandations en matière de vaccination de la femme enceinte, souhaitant devenir enceinte ou en période d’allaitement.

Dose de rappel

Le schéma de vaccination actuel contre la Covid-19 pour les plus de 18 ans est composé de deux doses et d’une dose de rappel. En ce qui concerne les adolescents de 12-17 ans, le Conseil Supérieur de la Santé ne recommande pas la troisième dose de rappel. Néanmoins, celle-ci est autorisé par l’Agence européenne du médicament et il est possible de la recevoir sur demande.

Un schéma en trois doses suivi d’une dose de rappel (quatrième dose)  est toutefois recommandé pour tous les patients de plus de 12 ans dont l’immunité est affaiblie.

Il s’agit de patients présentant : 

  • des immunodéficiences innées,
  • des insuffisances rénales chroniques nécessitant une dialyse,
  • des maladies traitées par des immunosuppresseurs,
  • des cancers qui font ou ont fait l’objet d’un traitement actif au cours des 3 dernières années,
  • des patients en prétransplantation, en transplantation de cellules souches et en transplantation d’organes,
  • et des patients séropositifs dont le nombre de cellules CD4 est inférieur à 200 par mm³ de sang. 

Cette vaccination de rappel doit se faire au moins 3 mois après la dose supplémentaire (série primaire étendue de trois doses). 

La vaccination peut se réaliser avec le vaccin Comirnaty® ou le vaccin Spikevax® (½ dose). 

La vaccination contre la Covid-19 concerne les enfants à partir de 5 ans et les adultes.

5 vaccins ont reçu à ce jour une autorisation de mise sur le marché conditionnelle délivrée par l’Agence Européenne des Médicaments : il s’agit des vaccins de Pfizer/BioNTech, de Moderna, d’AstraZeneca, de Janssen (Johnson&Johnson) et de Novavax. D’autres vaccins sont d’ores et déjà réservés par la Belgique.

Retrouvez toutes les informations à propos du plan de vaccination en Belgique sur le site info-coronavirus.be.

Comment est administré le vaccin ?

Les vaccins contre la Covid-19 sont des vaccins injectables, administrés par voie intramusculaire.

Les vaccins de Pfizer/BioNTech, de Moderna, d’AstraZeneca et de Novavax sont administrés en 2 doses, avec des intervalles, variables en fonction du vaccin utilisé :

  • Pour le vaccin de Pfizer/BioNTech, une deuxième injection est recommandée 21 jours après la première dose.
  • Pour le vaccin de Moderna, une deuxième injection est recommandée 28 jours après la première dose.
  • Pour le vaccin d’AstraZeneca, une deuxième injection est recommandée entre 4 à 12 semaines après la première dose. Ce vaccin est réservé aux personnes âgées de 41 ans et plus.
  • Pour le vaccin de Novavax, une seconde injection est recommandée 3 semaines après la première dose. Ce vaccin est indiqué pour les personnes de 18 ans et plus pour lesquelles il existe une contre-indication à la vaccination avec un vaccin à ARNm en raison d’une réaction allergique antérieure à l’un des composants ou d’un effet indésirable grave après la première dose.
  • Pour le vaccin de Janssen (Johnson&Johnson), une seule injection est recommandée.

Une dose supplémentaire d’un vaccin ARNm contre la COVID-19 est préconisée pour tous les adultes.

Le Conseil Supérieur de la Santé ne recommande pas la troisième dose pour les 12-17 ans. Néanmoins, celle-ci est autorisé par l’Agence européenne du médicament et il est possible de la recevoir sur demande. Plus d’infos

Coadministration avec un autre vaccin

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) estime que la vaccination simultanée avec un vaccin contre la Covid-19 et un autre vaccin peut être réalisée.

Toutefois, le CSS rappelle que dans le cas de la vaccination des enfants et adolescents la priorité est toujours donnée aux vaccins du calendrier de base. Plus d’infos

Vaccins disponibles 

  • Comirnaty™ (Pfizer/BioNTech) – avec dose plus faible (10 µg) – Vaccin à ARN messager
  • Comirnaty™ (Pfizer/BioNTech) – Vaccin à ARN messager
  • Spikevax™ (Moderna) – Vaccin à ARN messager
  • Vaxzevria™ (AstraZeneca) – Vaccin à vecteurs viraux
  • Covid-19 vaccine™ (Janssen) – Vaccin à vecteurs viraux
  • Nuvaxovid™ (Novavax) – Vaccin en sous-unités. Il contient une protéine spike recombinante ainsi qu’un adjuvant. Ce vaccin utilise des techniques déjà appliquées pour d’autres vaccins (comme pour les vaccins contre l’hépatite B et le Papillomavirus Humain) et diffère des vaccins contre la Covid-19 qui utilisent l’ARNm. Il sera mis à disposition afin d’offrir un vaccin alternatif au très petit groupe de personnes pour lequel il existe une contre-indication à la vaccination avec un vaccin à ARNm. En plus, il sera disponible pour les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner avec un vaccin qui contient d’ARNm

Quels sont les principales contre-indications de la vaccination avec les vaccins ARNm ?

La vaccination avec les vaccins à ARNm développés par les firmes Pfizer et Moderna est contre-indiquée pour les personnes ayant des antécédents de réaction allergique, quelle que soit sa gravité, au polyéthylène glycol [PEG] ou au polysorbate, en raison d’une hypersensibilité croisée potentielle avec le PEG, ingrédient du vaccin.

De précautions particulières, à savoir une observation d’au moins 30 minutes après la vaccination et de préférence dans un cadre hospitalier, seront prises pour les personnes présentant :

  • des antécédents d’anaphylaxie ;
  • une mastocytose systémique ;
  • des antécédents de réaction allergique immédiate ;
  • un asthme incontrôlé.

Plus d’informations sur les précautions et contre-indications à la vaccination ARNm pour les personnes avec des antécédents allergiques : https://www.health.belgium.be/fr/avis-9618-vaccination-covid19-anaphylaxie

Pour connaître l’ensemble des contre-indications, référez-vous à la notice des vaccins. Celles-ci sont notamment disponibles sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant ou votre pharmacien.

Quels sont les principaux effets indésirables de la vaccination avec les vaccins ARNm ?

  • Au niveau local : douleur et rougeur au point d’injection les jours suivant la vaccination. Ces symptômes sont légers et passagers. La douleur est plus fréquente chez les moins de 55 ans.
  • Au niveau général : environ 1 personne sur 10 fera de la fièvre et 1 personne sur 2 peut avoir mal à la tête ou ressentir de la fatigue le jour suivant la vaccination. Ces symptômes sont plus fréquents chez les moins de 55 ans et lors de la deuxième dose. Pendant les essais cliniques, un peu plus d’un tiers des participants avait pris un antipyrétique/analgésique, tel que du paracétamol, le jour suivant la vaccination afin de soulager les symptômes. Dans des rares cas (3 personnes sur 1000), une inflammation temporaire et passagère des ganglions lymphatiques a également été reportée.

Pour plus d’informations sur le suivi des effets indésirables en Belgique, consultez le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). L’AFMPS publie chaque semaine un aperçu cumulatif des effets indésirables signalés suite à l’administration d’un vaccin Covid-19 en Belgique. Cet aperçu fait l’objet d’une actualité hebdomadaire, consultable sur leur fil d’actualités.

Pour connaître les effets indésirables, vous pouvez également vous référer à la notice des vaccins.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.