Méningites et septicémies à méningocoques

En 2016, le Centre national de référence a diagnostiqué 107 cas d’infections invasives à méningocoques en Belgique. Elles touchent surtout les enfants de moins de 5 ans, les adolescents âgés de 15 à 19 ans et les jeunes adultes jusqu’à 24 ans. Elles laissent fréquemment de graves séquelles chez les survivants et sont potentiellement mortelles. Les infections invasives à méningocoques constituent des urgences sanitaires.

Les infections invasives à méningocoques, c’est quoi ?

Les méningocoques peuvent être présents au niveau du nez et de la gorge, sans pour autant rendre malade : 5 à 10% de la population sont porteurs de la bactérie sans avoir de symptômes. Lorsque les méningocoques se multiplient et passent dans le sang, on parle alors d’infection invasive à méningocoques. Les méningites et les septicémies sont deux formes d’infections graves causées par les méningocoques.

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques

La vaccination de base contre le méningocoque C est recommandée en Belgique pour les bébés de 15 mois.

La vaccination contre les méningocoques A, C, W135 et Y est conseillée aux voyageurs se rendant dans une zone à risque.

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande depuis juillet 2019 la vaccination contre les méningocoques A, C, W135 et Y pour :

  • Les bébés de 15 mois
  • Les adolescents de 15-16 ans

Ces recommandations ne sont pas encore introduites dans le calendrier de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La vaccination contre le méningocoque B est recommandée chez les personnes à risque d’infections invasives à méningocoques quel que soit leur âge, à savoir :

  • Les personnes présentant une asplénie anatomique ou fonctionnelle, y compris la drépanocytose
  • Les personnes présentant un déficit du complément congénital ou acquis
  • Les personnes avec un déficit de l’immunité humorale

Ces personnes dont la santé est plus fragile peuvent discuter de la vaccination contre le méningocoque B avec leur médecin traitant.

La vaccination contre les infections invasives à méningocoques permet d’éviter d’attraper une maladie potentiellement mortelle, aux complications graves. Certains vaccins limitent aussi la transmission de la bactérie.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, une vaccination de masse contre le méningocoque C a été organisée en 2002. Elle visait les enfants nés entre 1996 et 2001. Ensuite, la vaccination systématique a été introduite dans le calendrier vaccinal de base, pour tous les enfants âgés de 15 mois.

Il existe un vaccin contre la méningite provoquée par un méningocoque B, mais il n’a à ce jour pas été introduit dans le calendrier de base pour les enfants.

Il existe également des vaccins conjugués pour se protéger à la fois des méningocoques A, C, W135 et Y.

Comment est administré le vaccin ?

Vaccin contre le méningocoque C

Le vaccin contre le méningocoque C est un vaccin inactivé injectable, administré par voie intramusculaire.

Le calendrier vaccinal proposé par la Fédération Wallonie-Bruxelles recommande une dose de vaccin contre le méningocoque C à l’âge de 15 mois. En fonction d’un bilan individuel, le médecin traitant peut conseiller l’administration du vaccin contre le méningocoque C à partir de l’âge de 2 mois.

En cas de retard, ce vaccin peut être administré gratuitement jusqu’à l’âge de 7 ans.

A l’heure actuelle, aucun rappel n’est recommandé en Belgique.

Vaccin contre les méningocoques A, C, W135 et Y

Le vaccin contre les méningocoques A, C, W135 et Y est un vaccin conjugué injectable, administré par voie intramusculaire.

Deux vaccins conjugués sont disponibles en Belgique et donnent une protection d’au moins 5 ans :

  • Chez l’adulte, une seule injection suffit.
  • Chez l’enfant, les schémas de vaccination varient en fonction de l’âge et du vaccin utilisé.

Depuis juillet 2019, le Conseil Supérieur de la Santé recommande la vaccination contre les méningocoques A, C, W135 et Y  à la place du vaccin contre le méningocoque C uniquement. Cette vaccination est recommandée :

  • Aux bébés de 15 mois
  • Aux adolescents de 15-16 ans

Ces recommandations ne sont pas encore introduites dans le calendrier de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le vaccin contre les méningocoques A, C, W135 et Y s’adresse aux voyageurs qui se rendent dans les zones à risque durant plus de 4 semaines ou qui y seront en contact avec la population locale.

Différentes souches des méningocoques sévissent selon la localisation :

  • En Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud : les méningites à méningocoques B et C représentent la grande majorité des cas.
  • En Afrique : ce sont les méningocoques A, C et W135 qui sont associés aux grandes épidémies. La méningite à méningocoques touche le plus durement l’Afrique subsaharienne. Les épidémies s’y produisent pendant la saison sèche, entre décembre et juin.
  • En Asie : la méningite est habituellement due au méningocoque A.
  • En Arabie saoudite : des épidémies dues au méningocoque W135 ont touché par le passé des centaines de pèlerins de La Mecque. Une obligation légale de se faire vacciner a été imposée pour les pèlerins. La vaccination doit être effectuée au moins 10 jours avant l’arrivée dans le pays. La mesure a permis d’arrêter ce phénomène.

Ce n’est pas parce qu’un enfant a reçu le vaccin contre le méningocoque C que l’administration du vaccin conjugué A, C, W135 et Y n’est pas indiquée s’il voyage en zones à risque. Ce second vaccin peut être administré 1 mois après l’injection du vaccin contre le méningocoque C.

Vaccin contre les méningocoques B

Un vaccin contre la méningite à méningocoques B a été développé récemment. Il s’agit d’un vaccin injectable, administré par voie intramusculaire.

Le vaccin peut être administré à partir de l’âge de 2 mois. La méningite à méningocoques B touchant principalement les enfants entre 0 et 5 ans et les adolescents entre 15 et 19 ans, le vaccin est recommandé à ces âges.

Selon les âges, 2, 3 ou 4 doses seront nécessaires.

La place du vaccin dans le calendrier vaccinal proposé par la Fédération Wallonie-Bruxelles n’a pas encore pu être établie par manque de données épidémiologiques probantes.

Vaccins disponibles

Vaccins contre les méningocoques C

Vaccins contre les méningocoques A, C, W et Y

Vaccin contre le méningocoque B

Vaccins disponibles dans le cadre du Programme de vaccination

Le Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles met gratuitement à disposition des doses de vaccin contre le méningocoque C pour les bébés.

Pour connaître l’ensemble des contre-indications, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps).

Vaccin contre le méningocoque C

Il n’y a pas de contre-indication spécifique au vaccin contre le méningocoque C.

Vaccin conjugué A, C, W135 et Y

Le vaccin conjugué A, C, W135 et Y ne doit pas être injecté si la personne souffre d’une affection grave aiguë accompagnée de fièvre. Il n’est pas formellement contre-indiqué chez les femmes enceintes : en cas de risque réel, la vaccination est permise.

Vaccin contre le méningocoque B

Il n’y a pas de contre-indication spécifique au vaccin contre le méningocoque B.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant, votre pédiatre ou votre pharmacien.

 

 

Pour connaître les effets indésirables, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afpms).

Effets indésirables courants communs à tous les vaccins injectables

Vaccin contre le méningocoque C

Le vaccin contre le méningocoque C est bien toléré. Les effets secondaires sont rares et sans gravité (rougeur localisée).

Vaccin conjugué A, C, W135 et Y

Après une dose de vaccin conjugué A, C, W135 et Y, des réactions locales sont possibles : rougeurs, douleurs et gonflements persistant parfois plusieurs jours. Les réactions générales sont peu fréquentes, bénignes et de courte durée. Une poussée de fièvre peut survenir dans les 24 heures suivant l’injection.

Vaccin contre le méningocoque B

Le vaccin contre le méningocoque B est sûr mais provoque fréquemment des effets indésirables tels que des réactions locales, de la fièvre, de l’irritabilité et des maux de tête.

Afin de diminuer les effets indésirables de ce vaccin, il est conseillé de prendre du paracétamol lors de la vaccination.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.