• Le site d'information en matière de vaccination
  • Pensez à vous faire vacciner tout au long de votre vie

Le papillomavirus humain (cancer du col)

Le papillomavirus humain (HPV) est responsable chez la femme d'infections du col de l'utérus.

Il existe plus de 100 types différents de papillomavirus humain. Seuls certains types peuvent être à l'origine de l'apparition d'un cancer du col de l'utérus; cela arrive uniquement lorsqu'une infection chronique persiste pendant plusieurs années.

Qu’est-ce qui cause la maladie ? Un virus (papillomavirus humain).
Seuls certains types présentent un haut risque pour le cancer du col. Les deux types à haut risque les plus fréquents sont l’HPV 16 et 18. Ils sont retrouvés dans plus de 70% des cancers du col utérin. Les autres types à haut risque sont 31, 33, 35, 45, 52 et 58 ; l’ensemble de ces 6 types est corrélé avec 20% environ de tous les cancers du col. Ces virus HPV ne provoquent pratiquement jamais de cancers génitaux chez l'homme. 
Les autres types ne jouent pas de rôle significatif dans l'apparition d'un cancer. Ainsi les HPV 6 et 11, qui n’ont pas de liens avec le cancer, occasionnent des condylomes acuminés.
Est-elle contagieuse ? Oui. L'infection à HPV est considérée comme l’infection sexuellement transmissible ayant la prévalence la plus forte sur la planète.  Environ 80% des femmes (et des hommes) seront infectées un jour par l’HPV. 20 à 30 % des femmes infectées le sont par plusieurs types de HPV.
Comment se transmet-elle? Par les rapports sexuels et même par les jeux amoureux sans pénétration.
Quel en est le temps d’incubation ?  
Quels en sont les signes et les symptômes ? La majorité des infections ne donne pas de symptômes et guérit spontanément en quelques mois, grâce à l'apparition d'une immunité. 
Quelles sont les complications éventuelles?
  • L'infection peut persister pendant des années. Lorsque certains types de papillomavirus (voir plus haut) s’installent de façon permanente au niveau du col de l’utérus, ils peuvent transformer petit à petit les cellules normales en cellules cancéreuses. Cette transformation est habituellement très lente et s’étale sur des années, voire des dizaines d’années. Le dépistage par frottis du col permet de détecter la transformation des cellules avant qu'elles ne deviennent cancéreuses (voir plus bas).
  • Certains types d'HPV peuvent provoquer des "condylomes acuminés", sortes de verrues se développant sur les organes génitaux (notamment le pénis chez l'homme et les grandes lèvres chez la femme).
Comment la traiter?

Il n'y a pas de traitement de l'infection à papillomavirus humain.

Que faire en cas de contact avec une personne infectée?
  • L'infection ne donne pas de signes dans la majorité des cas. Il n'est donc généralement pas possible de savoir si une personne est infectée (sauf en présence de condylomes acuminés).
Mesures de prévention
  • L'usage du préservatif peut seulement réduire la transmission du papillomavirus. Par contre, le préservatif est efficace pour éviter la transmission du virus de l'hépatite B et du virus responsable du sida (VIH).
  • La vaccination permet de se protéger contre les HPV 16 et 18, responsables à eux deux de 70% environ des cancers du col de l'utérus ( plus d'information sur "vaccin contre le papillomavirus humain")
  • Le dépistage par frottis du col de l'utérus permet de détecter des anomalies des cellules avant l'apparition d'un cancer. On peut ainsi faire un traitement local. Toutes les femmes entre 25 ans et 65 ans devraient pratiquer un dépistage tous les 3 ans.
Vaccin(s) disponible(s) en Belgique

Vaccin contre l'HPV, disponible gratuitement pour les jeunes filles de 13-14 ans ou qui fréquentent la 2ème année de l'enseignement secondaire et la 1ère D. 

Vaccins en vente en pharmacie

  • Gardasil® (Sanofi Pasteur MSD)
  • Cervarix® (GSK)

Mis à jour le 14/03/2016