Hépatite B

L’hépatite B est une infection fréquente dans les pays d’Afrique et d’Asie. La vaccination est recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour tous les bébés depuis 1997. La plupart des pays européens l’appliquent.

L’hépatite B, c’est quoi ?

L’hépatite B est une infection du foie potentiellement mortelle. La maladie peut prendre des formes aiguës ou chroniques. L’hépatite B chronique se développe lentement pendant des mois, voire des années, et cause des lésions du foie qui peuvent mener à la cirrhose et au cancer.

Vaccination contre l'hépatite B

La vaccination contre l’hépatite B concerne les bébés, certains groupes de population à risque de contamination, les personnes qui voyagent dans des régions où l’hépatite B est répandue et certaines catégories professionnelles, comme les travailleurs exposés aux produits sanguins.

Bébés 

Depuis 1999, la Belgique a opté pour une vaccination systématique des bébés et des adolescents s’ils n’ont pas été vaccinés auparavant contre l’hépatite B.

Groupes de population à risque

La vaccination contre l’hépatite B est également recommandée à certains groupes de population qui courent un risque élevé de contracter la maladie. Il s’agit notamment :

  • des personnes susceptibles de recevoir des transfusions sanguines ou des médicaments dérivés du sang (hémophiles, dialysés, insuffisants rénaux, interventions chirurgicales nécessitant des transfusions…) ;
  • des candidats à une transplantation d’organe ou des bénéficiaires qui ont subi une greffe de moelle osseuse ou une transplantation du foie, quel que soit leur âge ;
  • des personnes souffrant d’un retard (handicap) mental profond ;
  • des jeunes de 13 à 15 ans inclus qui ne sont pas encore vaccinés ;
  • des membres de la famille et des personnes vivant sous le même toit qu’une personne atteinte de l’hépatite B ;
  • des personnes à partenaires sexuels multiples et/ou comportements à risques ;
  • des usagers de drogues (injectables ou intranasales) ;
  • des patients chez qui un diagnostic d’infection sexuellement transmissible (IST) a été posé ;
  • des personnes en souffrance hépatique chronique (non due à une hépatite B) ;
  • des personnes présentant un diabète de type 1 ou 2 (vaccination avant 60 ans et risque accru s’il s’agit de personnes institutionnalisées).

Voyageurs

Pour les voyageurs qui se rendent dans des régions endémiques – Asie, Amérique latine, Afrique, Europe de l’Est, Proche et Moyen-Orient -, la vaccination contre l’hépatite B peut être envisagée en fonction des comportements à risque, de la durée du séjour et de la fréquence des voyages. Par exemple, la vaccination peut être recommandée aux voyageurs aventureux, qui projettent des séjours et activités, telles que des expéditions ou sports extrêmes, qui comportent un risque de traumatisme et de soins dans de mauvaises conditions d’hygiène dans des pays à endémicité élevée ou modérée.

Professionnels

En Belgique, la vaccination contre l’hépatite B a été rendue obligatoire par arrêté royal, en 1999, pour tous les travailleurs de services où sont effectués des examens, des soins médicaux ou de dentisterie. Elle concerne toutes les personnes qui, par leur profession, entrent en contact avec le sang ou sont exposées à un risque de contamination, à savoir :

  • Le personnel de laboratoire
  • Les infirmières
  • Les médecins
  • Le personnel chargé de l’embaumement des défunts au sein des entreprises de pompes funèbres

Cette obligation de vaccination ne concerne pas le personnel administratif.

L’hépatite B est considérée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme l’une des 10 maladies infectieuses les plus meurtrières. Le virus de l’hépatite B n’est toutefois pas aussi présent dans toutes les régions du monde.

En Afrique subsaharienne, dans le Pacifique, dans une grande partie de l’Asie, dans le sous-continent indien et au Moyen-Orient, les porteurs chroniques du virus représentent entre 5 et 10% de la population. On relève également un nombre élevé de malades chroniques dans le sud de l’Europe orientale et centrale.

La vaccination contre l’hépatite B est la méthode la plus efficace et la moins chère pour protéger progressivement l’ensemble de la population contre la maladie et contre son passage vers une forme chronique.

Grâce à la vaccination systématique des bébés, l’hépatite B est devenue bien plus rare. En 2016, 1746 nouveaux cas, aigus ou chroniques, ont été diagnostiqués en Belgique. La majorité des personnes atteintes avaient entre 25 et 44 ans.

Comment est administré le vaccin ?

Le vaccin contre l’hépatite B est un vaccin injectable. Selon les marques, il peut être administré par voie intramusculaire ou par voie sous-cutanée.

 Bébés 

Le bébé reçoit une dose de vaccin :

  • à 2 mois ;
  • à 3 mois ;
  • à 4 mois ;
  • une dose de rappel à 15 mois.

Soit un total de 4 doses.

Le vaccin utilisé est un vaccin hexavalent, qui protège contre un total de 6 maladies : l’hépatite B, la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l’Haemophilus influenzae de type b.

Et s’il y a un risque de transmission mère-bébé ?

Pour protéger les nouveau-nés de mères infectées par le virus de l’hépatite B, on injecte :

  • 1 dose de vaccin, endéans les 12 heures qui suivent l’accouchement et des gammaglobulines spécifiques
  • 4 doses du vaccin hexavalent aux âges habituels

Enfants et adolescents

Un rattrapage de vaccination en 1 ou 2 doses est prévu pour les enfants et adolescents de 11 à 15 ans encore non vaccinés ou incomplètement vaccinés. On utilise alors le vaccin pour adultes.

Adultes (groupes de population à risque, professionnels, voyageurs)

Chez les adultes qui n’ont encore jamais été vaccinés, l’administration du vaccin contre l’hépatite B peut suivre deux schémas :

  • soit suivant le schéma habituel : 3 doses administrées aux mois 0, 1 et 6
  • soit, si une protection rapide est recherchée, 4 doses administrées aux mois 0, 1, 2 et 12

Exceptionnellement, lorsqu’on ne dispose pas d’assez de temps et lorsqu’une protection est impérative, on peut recourir à un schéma très rapide, aux jours 1, 7, 21 et 360.

Vaccins disponibles

Vaccin contre l’hépatite B

Vaccins combinés contre l’hépatite A et l’hépatite B disponibles en pharmacie 

Vaccins disponibles dans le cadre du Programme de vaccination

Le Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles met gratuitement à disposition le vaccin contre l’hépatite B à destination des bébés et des jeunes de 11-15 ans pour le rattrapage. C’est le médecin vaccinateur qui doit commander le vaccin. 

Pour connaître l’ensemble des contre-indications, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps).

Si un effet secondaire important, telle qu’une réaction d’hypersensibilité, survient après l’administration d’une dose de vaccin contre l’hépatite B, on ne poursuivra pas la vaccination.

La grossesse et l’allaitement ne constituent pas une contre-indication à l’administration du vaccin contre l’hépatite B.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant, votre pédiatre ou votre pharmacien.

Pour connaître les effets indésirables, référez-vous à la notice des vaccins, disponible sur le site de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afpms).

Effets indésirables courants communs à tous les vaccins injectables

Les réactions locales à la vaccination contre l’hépatite B sont peu fréquentes. Une fièvre supérieure à 38°C ou d’autres réactions générales sont rares.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.